Vos Excellences,

Je m’adresse à vous pour vous exprimer ma plus vive préoccupation au sujet d’Hamid Babaei. Ce doctorant iranien de l’Université de Liège (ULg, Belgique) a été condamné le 21 décembre 2013 à six ans d’emprisonnement pour « atteinte à la sécurité nationale par la communication avec des États hostiles ». Ces accusations sont nées, semble-t-il, après qu’il ait refusé d’espionner des étudiants iraniens vivant en Belgique pour le ministère des Renseignements.

La bourse et les autres fonds que l’ULg lui versait ont été considérés comme des « preuves » de ses activités présumées pour le compte d’« États hostiles ». Il n’a pas eu le droit de consulter l’avocat de son choix. En mai 2014, l’appel qu’il avait interjeté en février a été rejeté, mais sa peine a toutefois été commuée à deux ans de prison ferme et quatre ans de liberté surveillée. Hamid aurait donc dû sortir de prison en août 2015, sa détention préventive étant prise en compte.

Mais ce qui m’inquiète avant tout en ce moment est la gravité de ses problèmes de santé. Après une grève de la faim de près d'un mois et demi, il jeûne désormais en protestation contre ses conditions de détention inhumaines à la Section 10 de la prison Raja’i Shahr, où il a été transféré le 30 juillet 2017. Hamid Babaei souffre par ailleurs de crises de panique aiguës et d'autres problèmes de santé. Il nécessite une prise en charge médicale immédiate et suivie, et ce en milieu hospitalier. 

Enfin, il s’est vu confisquer tous ses livres, indispensables à la poursuite de son doctorat, et toutes ses notes.

Dès lors, je vous prie instamment de mettre tout en oeuvre pour que le prisonnier d'opinion Hamid Babaei soit libéré dans les plus brefs délais et sans condition, et en attendant, de veiller à ce qu’il puisse :
- ne plus être soumis aux conditions de détention inhumaines de la Section 10 de la prison Raja'i Shahr ;
- être immédiatement transféré dans un hôpital en dehors de la prison, pour y recevoir les soins que son état exige ;
- bénéficier de la liberté surveillée à laquelle il a droit ;
- consulter l’avocat de son choix ;
- récupérer ses livres et ses écrits, et consulter tout ouvrage ou article relatifs à sa thèse de doctorat.

Je vous prie d’agréer, Excellences, l’assurance de ma haute considération.
Facebook Connect
23120

Recevoir la prochaine action ? Attention : si vous recevez nos autres E-lettres, cocher «non» vous désabonne de tout.

   
remplissez les champs de ce formulaire en 1 clic via votre compte Facebook
Hamid Babaei a besoin de soins urgents
Ayatollah Sadegh Larijani, responsable du pouvoir judiciaire de la République islamique d’Iran, Ayatollah Sayed Ali Khameneii, Guide suprême de la République islamique d’Iran

ou
Pour recevoir nos actions très urgentes par SMS
Image