Votre excellence,

Je vous écris pour vous faire part de mes craintes quant au refus de prodiguer les soins de santé adéquats à de nombreux prisonniers politiques et d’opinion incarcérés dans les prisons iraniennes. Les règlements pénitentiaires relatifs aux soins médicaux y sont systématiquement bafoués. Des preuves accablantes indiquent que les instances judiciaires et/ou pénitentiaires refusent délibérément d’accorder des soins médicaux nécessaires aux prisonniers à titre de sanction, et parfois même pour obtenir des aveux.

Les pratiques qui mettent la vie en danger des prisonniers sont notamment le refus de leur prodiguer des soins urgents et/ou spécialisés à temps, de tenir compte de la gravité de l'état de santé ou de les libérer par voie de grâce lorsqu’ils sont dans un état grave, ou encore l’interruption de leur traitement dans un hôpital contre tout avis médical ou le fait de conditionner l’accès aux soins par le dépôt d’une caution exorbitante. À cela s'ajoutent des conditions de détention précaires qui exposent la santé des prisonniers à des risques dangereux, voire à la mort.

Le système judiciaire iranien doit assurer un accès aux soins de santé adéquats - droit humain fondamental qui ne peut se voir restreint du simple fait d’être incarcéré conformément au droit international, et notamment au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, auquel l’Iran est partie, et à l’Ensemble de règles minima des Nations unies pour le traitement des détenus (règles Mandela).

Les prisonniers politiques et d’opinion, dont Afif Naimi, Afshin Sohrabzadeh, Alireza Rasouli, Hossein Ronaghi Maleki, Jaber Sakhravi, Narges Mohammadi, Omid Kokabee, Sayed Hossein Kazemeyni Boroujerdi, Saeed Hosseinzadeh, Hamid Babaei et Zeynab Jalalian, font partie des cas nécessitant une attention urgente et spécialisée en dehors des prisons.

C’est pourquoi je vous exhorte à leur donner un accès immédiat et adapté à des soins de santé adéquats en dehors du milieu carcéral. Je vous prie également de veiller à ce que les décisions médicales concernant les soins prodigués hors des prisons, ainsi que les autorisations de sortie pour traitement médical soient permises uniquement par des professionnels de la santé sans droit de regard des autorités non médicales. Enfin, chaque détenu doit pouvoir accéder au dépistage, à des soins de santé adéquats, gratuitement et sans discrimination.

Je vous prie de croire, Votre Excellence, à l’expression de ma
considération distinguée.
Facebook Connect
9290

Recevoir la prochaine action ? Attention : si vous recevez nos autres E-lettres, cocher «non» vous désabonne de tout.

   
remplissez les champs de ce formulaire en 1 clic via votre compte Facebook
La santé des prisonniers politiques prise en otage
Ayatollah Sadegh Larijani, Chef du pouvoir judiciaire en Iran
Copie : Ambassade d'Iran

ou
Pour recevoir nos actions très urgentes par SMS
Image
Facebook Connect