Sire, Messieurs,

La peine de mort constitue le châtiment le plus cruel, le plus inhumain et le plus dégradant qui soit, ainsi qu’une violation du droit à la vie tel qu’il est reconnu par la Déclaration universelle des droits de l’homme. Je vous écris pour vous faire part de mon inquiétude quant au sort de trois individus condamnés ou menacés par ce châtiment. Alors qu’il est retardé mentalement, Kenji Matsumoto a été condamné à mort en 1993 au Japon pour deux vols et un meurtre. Ali al Nimr, jeune militant chiite saoudien, a été condamné à mort en 2014 pour des faits qu’il aurait commis alors qu’il était encore mineur, suite à un procès entaché d’allégations de torture. Enfin, le photoreporter égyptien Mahmoud Abu Zeid risque d’être condamné à mort pour avoir photographié le comportement violent des forces de sécurité lors de manifestations au Caire en 2013.

Je vous exhorte à établir un moratoire officiel sur toutes les exécutions dans vos pays respectifs, en vue d’abolir la peine de mort.

De plus, j’exhorte :

- Monsieur le ministre Katsutoshi Kaneda à ne pas exécuter Kenji Matsumoto et commuer sa condamnation à mort ainsi que celle de tous les autres condamnés à mort ; améliorer le traitement des condamnés à mort et promouvoir le débat sur l’abolition de la peine de mort au Japon ;
- Sa Majesté Salman bin Abdul Aziz Al Saud à annuler la déclaration de culpabilité et la condamnation à mort d’Ali al-Nimr et veiller à ce qu’il reçoive un nouveau procès équitable qui tienne compte de son âge lorsque l’action a été commise ; ouvrir une enquête indépendante sur ses allégations de torture et de mauvais traitement ; respecter la Convention relative aux droits de l’enfant, à laquelle l’Arabie saoudite est partie, qui interdit l’utilisation de la peine de mort à toute personne âgée de moins de 18 ans au moment du crime ;
- Monsieur le procureur général Ali Omran à abandonner toutes les charges retenues contre Mahmoud Abu Zeid ; le libérer immédiatement et sans condition, car il s’agit d’un prisonnier d’opinion, détenu uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression et lui permettre de bénéficier de tous les soins médicaux dont il pourrait avoir besoin en attendant sa libération.

Je vous prie d’agréer, Votre Majesté, Messieurs, l’expression de ma haute considération.
Facebook Connect
9892

Recevoir la prochaine action ? Attention : si vous recevez nos autres E-lettres, cocher «non» vous désabonne de tout.

   
remplissez les champs de ce formulaire en 1 clic via votre compte Facebook
LA PEINE DE MORT N’EST JAMAIS UNE SOLUTION
Monsieur Katsutoshi Kaneda, ministre de la Justice de l'État du Japon
Monsieur Ali Omran, procureur général de la République arabe d'Égypte
Sa Majesté Salman bin Abdul Aziz Al Saud, roi et Premier ministre du Royaume d’Arabie Saoudite

ou
Pour recevoir nos actions très urgentes par SMS
Image
Image