Monsieur le Ministre, Monsieur le Procureur général,

Je vous écris au sujet des défenseurs des droits humains Yves Makwambala et Fred Bauma.

Yves Makwambala et Fred Bauma figuraient parmi un groupe d'au moins 30 personnes arrêtées le 15 mars 2015, après que les forces de sécurité congolaises ont pris d'assaut les participants à une conférence de presse organisée par le mouvement de jeunesse Filimbi au centre pour jeunes Eloko Makasi, dans la commune de Masina, à Kinshasa.

Ces deux militants sont détenus à la prison de Makala à Kinshasa et ont été inculpés de « trahison, tentative de coup d'État et tentative d'homicide sur un chef de l'État ». Ces militants sont détenus uniquement pour avoir exercé, de manière pacifique, leurs droits aux libertés d’expression, de réunion pacifique et d’association.

Je suis fortement préoccupé(e) par ces attaques visant les droits aux libertés d’expression, d’association et de réunion pacifique à l'approche des élections en République démocratique du Congo qui prennent principalement pour cible des jeunes et des groupes politiques d'opposition. Par conséquent, je vous exhorte à libérer immédiatement et sans condition Yves Makwambala et Fred Bauma, et à abandonner toutes les charges retenues contre eux.
Je vous prie également de veiller à ce qu’aucun de ces deux militants ne soit victime de torture ni d’autres formes de mauvais traitements et qu’ils soient autorisés à entretenir des contacts réguliers avec leurs familles.

Par ailleurs, je vous demande de protéger les droits aux libertés d’expression, d’association et de réunion pacifique en République démocratique du Congo.

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, Monsieur le Procureur général, à l’expression de mes sentiments distingués.
Facebook Connect
7499

Recevoir la prochaine action ? Attention : si vous recevez nos autres E-lettres, «non» vous désabonne de tout.

   
Signez et partagez en 1 clic
via votre compte Facebook
RDC. Libérez les défenseurs des droits humains Yves Makwambala et Fred Bauma
Pétition à l'attention du du Ministre de la justice et des droits humains, Alexis Tambwe Mwamba, du Procureur Général Flory Kabange Numbi, avec copie au Premier Ministre Augustin Matata Ponyo.
OU
Image