Recevoir la prochaine action ? Attention : si vous recevez nos autres E-lettres, cocher «non» vous désabonne de tout.

   
Pour recevoir une alerte par SMS si nous avons une action très urgente. 
23848
OU
Ou remplissez les champs de ce formulaire
en 1 clic via votre compte Facebook
Facebook Connect
EMPÊCHEZ LA CONDAMNATION À LA PEINE DE MORT DU PHOTOREPORTER SHAWKAN
Pétition à l'attention du Président de la République arabe d'Égypte, Abdel Fattah al-Sisi
Monsieur le Président,

Le photojournaliste Mahmoud Abu Zeid, alias Shawkan, a été arrêté le 14 août 2013 alors qu’il prenait des photos de la violente dispersion du sit-in de la place Rabaa al Adawiya, au Caire. Il est détenu depuis lors, en violation de la durée maximale de détention provisoire. Il doit répondre des mêmes accusations forgées de toutes pièces qui pèsent contre 738 autres prévenus, sans que soit examinée sa responsabilité pénale individuelle. Il est notamment inculpé d’« appartenance à un groupe interdit » et de « meurtre » et encourt la peine de mort. L’audience de Shawkan a été reportée des dizaines de fois. Il est toujours placé en détention provisoire, simplement pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression. Il a déclaré avoir subi des actes de violence physique en détention et d'autres mauvais traitement, comme la privation de médicaments.

Je vous exhorte donc à :
- abandonner toutes les charges pesant contre Mahmoud Abu Zied et le libérer immédiatement et sans condition, car il s’agit d’un prisonnier d’opinion détenu uniquement pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression ;
- protéger cet homme contre tout acte de torture ou de mauvais traitement, en attendant sa libération, et garantir qu’il bénéficie de toute prise en charge médicale dont il pourrait avoir besoin ;
ordonner une enquête impartiale et indépendante sur les allégations indiquant qu’il a été soumis à des actes de torture et à d’autres mauvais traitements en détention, et à traduire les responsables présumés en justice dans le cadre de procédures équitables excluant le recours à la peine de mort.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.
Image