Messieurs les Ministres,

Je suis profondément préoccupé par le sort réservé aux 14 femmes qui ont été violemment attaquées par des manifestant·e·s au cours de la marche du Jour de l'indépendance de 2017.

Ces femmes ont participé à la marche pour protester contre la haine affichée. Pour cela, elles ont été attaquées par des personnes qui ont été filmées en train de leur donner des coups de pied, de les frapper, de leur cracher dessus et de les agresser verbalement. Elles ont été victimes d’humiliations, de blessures, de contusions et de coupures. La police n'était pas présente pour les protéger et le procureur chargé de l'affaire a décidé de clore l'enquête sur l'agression avec une justification absurde. Non seulement blessées, ces femmes ont été accusées d' "ingérence dans un rassemblement licite". Elles ont été reconnues coupables en première instance et condamnées à payer une amende et des frais de justice, pour avoir simplement exprimé leurs opinions pacifiquement.

Ces 14 femmes doivent obtenir justice et les responsables de leur agression doivent être identifiés et traduits en justice.

La protestation pacifique est un droit humain fondamental qui doit être garanti en droit et en pratique. Les autorités polonaises doivent permettre aux citoyens de protester pacifiquement et ne pas criminaliser ceux qui souhaitent exprimer pacifiquement leurs opinions.

Je vous prie de recevoir, Messieurs les Ministres, l’expression de ma considération distinguée.
Facebook Connect
14056

Recevoir la prochaine action ? Attention : si vous recevez nos autres E-lettres, cocher «non» vous désabonne de tout.

   
remplissez les champs de ce formulaire en 1 clic via votre compte Facebook
Justice pour les 14 femmes s’opposant au fascisme en Pologne
Pétition à l'attention du Ministre de l’Intérieur Joachim Brudzinskiet et du Ministre de la Justice Zbigniew Ziobro

ou
Pour recevoir nos actions très urgentes par SMS
Image
En signant cette pétition, vous nous assurez que vous êtes agé.e de plus de 18 ans (réglementation sur la vie privée oblige)